IME du Bois de Liza. Les enfants en studio à l’Échonova

4 mars

L’Échonova accueille cette année la création d’un livre-CD pas comme les autres.

Hier, un groupe d’enfants de l’Institut médico-éducatif (IME) du Bois de Liza (Séné) enregistrait une nouvelle partie de l’histoire qu’ils ont imaginée autour du thème de la cuisine.

 

Pas de groupe de rock hier matin à l’Échonova.

Dans le studio nº5, deux micros sont positionnés au centre de la pièce, devant quelques chaises. Cédric Hergault, comédien et musicien, se place en chef d’orchestre. Enfin presque. Parce qu’Ewen préfère être à côté de lui plutôt qu’en face. Qu’à cela ne tienne, il faut que les enfants se sentent bien pour l’enregistrement. Quelques accords de guitare en fond sonore permettent à chacun de se mettre dans le rythme. « Nous allons faire le refrain », explique Cédric. Claire, éducatrice, et Marie, orthophoniste, chantent avec les enfants, puis s’effacent peu à peu.

Déjà, Cédric passe à l’enregistrement des bruits :

celui du gaz, du pain qu’on coupe ou des œufs qu’on bat. Les enfants doivent ensuite répéter des phrases qui guideront l’histoire, de chanson en chanson. « C’est dur », soupire Faustine. « Vas-y ! », encouragent les autres. Puis tous sortent du studio en courant pour qu’on enregistre leurs pas. Beaucoup plus rigolo ! « C’est important pour eux d’être dans l’action », explique Claire.

Et l’action de cette histoire, ils la connaissent bien : ce sont eux qui l’ont inventée. « D’abord, nous avons commencé par apprendre des chansons ensemble, pour savoir écouter le groupe », explique Cédric, créateur du spectacle et du livre-CD « La cuisine de Léo ».

 

Puis, ils sont allés tendre l’oreille dans la cuisine de l’IME. « Moi, j’aime le bruit de l’eau qui bout » raconte Stanislas. Puis, en parlant de ce qu’ils aiment ou pas, et de la différence, ils ont donné des éléments à Cédric pour écrire de nouveaux textes.

 

L’histoire de « Norbert qui pue le camembert » prend ainsi forme. Norbert, cuisinier détesté, qui finit par devenir le copain de tous…

 

En savoir plus sur le télégramme

Les commentaires sont fermés.